Ultras du PSG contre Hidalgo : un combat pour l’âme de Paris

Le groupe de supporters du Paris Saint-Germain, le Collectif Ultras Paris, a exprimé son mécontentement envers Anne Hidalgo, la maire de Paris, appelant à sa démission. Cette révolte fait suite à l’interdiction faite au club de s’approprier le stade du Parc des Princes, entraînant ainsi sa contrainte à quitter ce lieu emblématique.

Lors de la confrontation entre le PSG et Lille en Ligue 1, samedi soir, le collectif a brandi une banderole portant un message explicite à l’encontre de l’édile. Sur cette dernière, on pouvait lire : « Hidalgo détruit Paris et sa magie », tandis que les chants résonnaient pour réclamer sa démission.

Le PSG contraint de quitter son fief historique ?

La décision du PSG de déménager a été officialisée peu après, confirmant ainsi les rumeurs circulant depuis quelques jours. Le club, résidant au Parc des Princes depuis 1974, s’est vu refuser l’achat du stade par la ville, mettant fin à huit années de négociations.

Les dirigeants du PSG, soutenus financièrement par le puissant fonds d’investissement qatari QSI, avaient pourtant manifesté leur volonté de rester propriétaires du stade. Cependant, face à la fermeté d’Anne Hidalgo et de son administration refusant la vente, le club a dû envisager d’autres options.

Des alternatives complexes pour l’avenir du PSG

Le club a déjà investi plus de 85 millions d’euros (environ 92 millions de dollars) dans l’entretien du Parc des Princes et s’était engagé à consacrer 500 millions d’euros supplémentaires pour sa rénovation. Face au refus de la mairie, le PSG explore désormais d’autres lieux pour établir son futur domicile.

Plusieurs sites sont à l’étude, dont le Stade Jean-Bouin, d’une capacité de 20 000 places, actuellement utilisé par l’équipe féminine du PSG et situé à proximité immédiate du Parc des Princes. Le Stade Sébastien Charléty, propriété de l’État et pouvant accueillir 20 000 spectateurs, représente une autre option envisageable. Le PSG pourrait le démolir pour construire un nouveau stade pouvant accueillir jusqu’à 75 000 fans.

Une troisième possibilité serait la Paris La Défense Arena, avec ses 30 000 sièges, actuellement maison du club de rugby Racing 92. Après les Jeux Olympiques, le Racing retournera dans son stade Yves-Du-Manoir rénové, libérant potentiellement cet espace pour le PSG.

La construction d’un stade flambant neuf près du camp d’entraînement à Poissy est également à l’étude, bien que cela pose des défis logistiques en raison de sa distance de 15,5 miles du centre de Paris.


Billet rédigé par Antoine B. (modifié le lundi 12 février 2024 à 12:21) Antoine

Commentez cet article