La ministre des Sports critique les joueurs qui ont refusé de porter les couleurs arc-en-ciel

La Ministre des Sports demande des sanctions pour les joueurs de football refusant de porter le maillot LGBT+. Le gouvernement soutient cette position. Certains joueurs justifient leur refus, mais le Toulouse FC les écarte pour un match. Les mesures de sanctions restent en suspens.

Position ferme de la Ministre des Sports face au refus de certains joueurs de football

Le 14 mai, lors de son passage dans l’émission sportive phare de France 3, « Stade 2 », Amélie Oudéa-Castéra, la Ministre des Sports, a exprimé une demande forte adressée aux clubs de football. Elle a pressé ces derniers d’administrer des sanctions appropriées aux joueurs qui, lors des rencontres du 13 et 14 mai, ont délibérément évité de revêtir le maillot paré des couleurs symboliques de la communauté LGBT+.

Un fait qui, selon la Ministre, transgresse les valeurs fondamentales de non-discrimination et de respect de l’autre. « Je déplore sincèrement que nous n’ayons pas 100 % des joueurs en France qui se reconnaissent dans ce message », a-t-elle déclaré avec passion, avant d’ajouter que les clubs doivent prendre leurs responsabilités et agir en conséquence.

Une prise de position soutenue par le porte-parole du gouvernement

Olivier Véran, le porte-parole du gouvernement, a également exprimé son indignation face à ce refus, le qualifiant de « nul » et « anachronique ». Il a rappelé avec fermeté que l’homophobie n’est pas une opinion, mais un délit. L’époque actuelle est celle de la liberté d’aimer comme on le souhaite, a-t-il souligné. Face à cette situation, Olivier Véran a affirmé qu’en tant que directeur d’équipe, il aurait encouragé ses joueurs à revêtir le maillot, soulignant l’importance du message adressé à la jeunesse.

Il a en outre rappelé que beaucoup de jeunes sont encore victimes d’homophobie et que toutes les actions visant à normaliser ce qui devrait déjà être la norme sont nécessaires.

Le cas épineux du joueur toulousain Zakaria Aboukhlal

Face à ces réactions, certains joueurs ont cherché à justifier leur refus. Zakaria Aboukhlal, l’un des footballeurs du Toulouse Football Club ayant refusé de porter le maillot, a exprimé sa position sur les réseaux sociaux. Il a déclaré, entre autres, avoir un profond respect pour chaque individu, indépendamment de ses préférences personnelles, de son genre, de sa religion ou de son vécu, ajoutant qu’il ne se sentait pas « la personne la plus appropriée pour participer à cette campagne ».

Le Toulouse Football Club a réagi à cette situation en écartant les joueurs concernés pour la rencontre prévue ce dimanche au Stadium de Toulouse, tout en respectant leurs choix individuels. Le club n’a toutefois pas explicité les mesures de sanctions envisagées à leur encontre.

La question des sanctions en suspens

Il reste à voir si les clubs de Ligue 1 et 2, notamment le Toulouse Football Club et le Football Club de Nantes, répondront à l’appel d’Amélie Oudéa-Castéra. La question des sanctions reste en suspens, suscitant des interrogations sur l’impact réel de ces actes de refus et leur éventuelle répercussion sur les joueurs concernés.

L’affaire est d’autant plus sensible qu’elle survient dans le cadre de la journée mondiale de lutte contre l’homophobie, prévue le 17 mai. Cette initiative visant à sensibiliser le grand public à la cause LGBT+ à travers le football n’a pas eu l’effet escompté, mettant en lumière des tensions latentes et soulevant des questions sur l’engagement des sportifs dans des causes sociétales.


Billet rédigé par Clément P. (modifié le lundi 15 mai 2023 à 14:00) Clément

Commentez cet article