Super League contre UEFA : un combat financier titanesque

La Super League envisage de poursuivre l’UEFA pour 3,5 milliards d’euros de dommages, citant des obstacles financiers et judiciaires, remettant en question les actions de l’UEFA.

La controverse Super League contre UEFA prend une nouvelle tournure :

Une déclaration surprenante a été émise par le journal de renom AS, basé en Espagne, concernant le différend en cours entre la Super League et l’UEFA. D’après cette source, la Super League envisage de porter plainte contre l’UEFA pour des dommages économiques s’élevant à 3,5 milliards d’euros. Cette action est motivée par les entraves et les intimidations exercées par l’entité dirigée par Ceferin, qui auraient significativement impacté le démarrage du projet en provoquant des pertes financières majeures.

Le litige s’accentue, avec la Super League affirmant que le financement obtenu auprès de JP Morgan, essentiel pour l’inauguration du tournoi, s’est vu appliquer un taux d’intérêt désormais alourdi par une augmentation incessante, causant une déperdition financière d’un milliard d’euros. Cette situation expose l’ampleur des répercussions économiques subies.

Une requête financière détaillée soumise à l’UEFA

La seconde revendication porte sur la perte de revenus issus des droits de diffusion, estimée entre 30 et 90% selon le calibre des rencontres prévues pour la saison 2025-2026, équivalant à une somme de 700 à 1 200 millions d’euros. En outre, la Super League soutient que l’apport des sponsors aurait surpassé de 10% celui actuellement enregistré, évoquant une sous-estimation de la marge commerciale.

L’agrégation de ces revendications, conjuguée aux profits escomptés de la vente de billets, établit le montant total exigé par la Super League de l’UEFA. Parallèlement aux aspects financiers, la Super League reproche à l’UEFA de ne pas adhérer à la décision irrévocable de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), qui a reconnu Ceferin coupable d’abus de position dominante dans le milieu footballistique européen. Malgré cet arrêt, l’UEFA persiste à adopter des pratiques jugées abusives.

Dans ce contexte de tension accrue, la Super League prépare un dossier de 3,5 milliards d’euros à l’encontre de l’UEFA, lui reprochant les entraves et menaces ayant engendré d’importants dommages économiques. Elle met en avant des pertes liées au financement par JP Morgan, une diminution des droits de diffusion télévisuelle et une valorisation commerciale jugée insuffisante.


Billet rédigé par Clément P. (modifié le mercredi 7 février 2024 à 17:26) Clément

Commentez cet article