La Serbie va faire ses débuts à l’Euro

Pour la première fois dans l’histoire de sa nation, la Serbie va prendre part à l’Euro de football. Bien qu’elle possède des talents reconnus tels que Dusan Vlahovic, ses chances de dominer son groupe sont considérées comme minces.

Après une performance décevante au dernier Mondial au Qatar, où elle a fini dernière de son groupe, la Serbie se lance dans cette nouvelle compétition avec l’espoir de mieux faire. Les adversités rencontrées contre des équipes de calibre comme le Brésil, la Suisse et le Cameroun n’ont laissé qu’un seul point à son actif, obtenu contre ce dernier, créant ainsi une certaine frustration parmi ses supporters.

Une progression après des débuts difficiles

Depuis cet échec, l’équipe a montré des signes d’amélioration. Sous la direction de Sergej Milinković-Savić, elle a réussi à se classer deuxième dans un groupe où la qualification n’était pas garantie, malgré une compétition acharnée, notamment contre la Hongrie. Ce parcours inclut deux défaites face à ce voisin et des matchs nuls contre la Bulgarie, qui s’est retrouvée en bas du tableau.

Malgré un effectif impressionnant sur le papier, les Aigles peinent à imposer leur style de jeu, suscitant des doutes quant à leurs performances futures à l’Euro. Les défis ne manquent pas, et le chemin vers le succès semble semé d’embûches pour cette équipe nationale.

Un entraîneur axé sur la motivation

Dragan Stojkovic, le sélectionneur, semble minimiser les stratégies tactiques au profit de la motivation et de la persévérance. Cette orientation pourrait expliquer certaines difficultés rencontrées par la Serbie lors des qualifications dans un groupe qui, sur le papier, semblait accessible.

Selon Kristijan Plazonja, journaliste chez Mozzart Sport et Scouted, la défense représente un point faible notable : « La formation souvent offensive, avec des ailiers utilisés comme défenseurs latéraux et l’absence d’un milieu défensif solide, rend l’équipe vulnérable. L’absence de tactique rigoureuse de la part du sélectionneur aggrave ces problèmes. »

Des perspectives mitigées malgré les opportunités

Les chances de la Serbie de franchir la phase de groupes sont reçues avec scepticisme, même si les fans gardent espoir. « Avec 16 équipes sur 24 qualifiées, nous avons une carte à jouer. Néanmoins, réaliste, cette période s’annonce complexe, avec des adversaires redoutables tels que l’Angleterre et le Danemark, » explique Plazonja. « Il nous faudrait probablement au moins 4 points pour espérer avancer, ce qui implique une victoire contre la Slovénie et, idéalement, un match nul contre l’Angleterre. »

Alors que les pronostics ne jouent pas en leur faveur, les Aigles serbes ont la possibilité de surprendre, fortifiés par le talent indéniable de joueurs tels que Milinkovic-Savic, Kostic et Vlahovic.


Billet rédigé par Thelma Z. (modifié le mardi 28 mai 2024 à 20:55) Avatar photo

Commentez cet article