Riolo tacle le mercato offensif de l’OM

Dans le contexte actuel du marché des transferts, l’Olympique de Marseille a procédé à l’acquisition de Faris Moumbagna pour un montant de 8 millions d’euros. La question se pose alors : cette nouvelle recrue saura-t-elle s’imposer comme l’attaquant de référence que le club marseillais espère depuis des années ? Les scepticismes ne manquent pas à l’égard de Moumbagna, notamment exprimés par le commentateur sportif Daniel Riolo, qui critique ouvertement les choix offensifs de l’équipe.

OM : Riolo s'emporte contre le mercato et "les merguez recrutées devant, une folie"

Historiquement, la quête de l’attaquant idéal est un véritable casse-tête pour l’Olympique de Marseille. Malgré d’importants investissements, le club n’a pas encore trouvé la perle rare, avec des erreurs de casting coûteuses, telles que l’achat de Vitinha pour 32 millions d’euros, joueur qui a été prêté au Genoa après seulement un an. Ces faux pas n’ont pas échappé à l’œil critique de Riolo.

La cellule de recrutement questionnée

Lors de l’émission L’After Foot, Daniel Riolo a renouvelé ses critiques envers Faris Moumbagna et la stratégie globale de l’OM concernant son secteur offensif. Selon lui, le club devrait réévaluer ses attentes envers certains joueurs qui ne semblent être que des remplaçants et non des titulaires potentiels. Cette situation révèle selon lui un dysfonctionnement majeur au sein de la cellule de recrutement de l’OM.

Riolo n’hésite pas à pointer du doigt les nombreux échecs dans le recrutement d’attaquants ces dernières années, en utilisant l’expression « des merguez » pour qualifier les joueurs recrutés, mettant en lumière une gestion hasardeuse. Ces propos ont été tenus lors de son intervention sur RMC, ajoutant une couche de critique sur la manière dont certains joueurs sont défendus par leurs entraîneurs, en l’occurrence, l’entraîneur Jean-Louis Gasset, qui semble involontairement nuire à la réputation de ses joueurs.


Billet rédigé par Francis T. (modifié le mercredi 24 avril 2024 à 22:16) francis

Commentez cet article