Manchester United domine le classement mondial des dépenses sur 10 ans

Au cours de la dernière décennie, le club de football Manchester United a dominé le monde en termes de dépenses sur le marché des transferts, s’élevant à un impressionnant total de 1,39 milliards d’euros, excédant largement leurs revenus générés par les ventes de joueurs.
gros ballon de foot fabriqué avec des billets de banque pour symboliser les énormes sommes d'argents dépensées pour recruter des joueurs
Depuis 2014, les Red Devils ont investi environ 1,95 milliards d’euros dans l’acquisition de nouveaux talents, tout en engrangeant seulement 562 millions d’euros grâce aux transactions de joueurs, comme le révèle l’Observatoire du Football CIES.

Dans cette somme exorbitante, plusieurs transferts retentissants sont à noter, incluant ceux de Paul Pogba en 2016 pour environ 104,5 millions d’euros, Harry Maguire en 2019 pour environ 93,2 millions d’euros et Romelu Lukaku en 2017 pour près de 87,5 millions d’euros.

Une stratégie payante ou une énorme perte?

Ces acquisitions pharaoniques, auxquelles s’ajoutent celles d’Antony et Jadon Sancho, n’ont cependant pas permis de concrétiser des succès significatifs au cours de cette période. Manchester United n’a, en effet, remporté ni la Premier League ni la Ligue des Champions durant cette décennie, malgré ces investissements colossaux.

En contraste, Chelsea, qui occupe la seconde place du classement avec un déficit de 1,03 milliards d’euros, soit 358 millions d’euros de moins que les Red Devils, a remporté deux titres de ligue et un titre en Ligue des Champions.

En examinant de plus près les dépenses de ces clubs, on note que Chelsea a engagé un montant approximatif de 2,62 milliards d’euros dans l’achat de joueurs au cours de la dernière décennie, tout en réussissant à récupérer environ 1,6 milliards d’euros grâce aux ventes.

Pour l’année 2023 uniquement, l’équipe de Mauricio Pochettino affiche un solde négatif d’environ 555 millions d’euros, surpassant largement le club suivant, Al Hilal de la Saudi Pro League, qui a investi dans des joueurs de renom tels que Neymar et Kalidou Koulibaly.

Le rôle prépondérant de la Premier League dans les dépenses

Le classement des clubs selon leurs dépenses nettes au cours de la dernière décennie est complété par le PSG avec 1,01 milliards d’euros, suivi par Arsenal (868 millions d’euros) et Manchester City (855 millions d’euros). Étonnamment, Newcastle se classe en sixième position, avec des dépenses s’élevant à 669 millions d’euros, devançant des géants comme le FC Barcelone, qui a connu des difficultés financières ces dernières années.

En outre, il est intéressant de noter que des équipes comme West Ham et Aston Villa ont surpassé des puissances européennes telles que la Juventus, le Bayern de Munich et le Real Madrid, ce dernier ayant remporté cinq titres de Ligue des Champions durant cette période. Par ailleurs, Liverpool, malgré des succès notables tant en Premier League qu’en Ligue des Champions, présente un déficit net de 461 millions d’euros, restant à une distance significative de ses rivaux directs.

La Premier League s’affirme sans conteste comme la ligue la plus dépensière depuis 2014, avec un déficit net cumulé de plus de 11,1 milliards d’euros. Elle est suivie par la Super League chinoise, qui a vu une diminution de ses investissements après une période d’intenses acquisitions entre 2015 et 2018, et la Saudi Pro League, qui a connu une ascension fulgurante, notamment en raison de dépenses s’élevant à près de 900 millions d’euros rien que pour la dernière année.


Billet rédigé par Thelma Z. (modifié le mercredi 6 septembre 2023 à 16:45) Avatar photo

Commentez cet article