Gonçalo Ramos embrase le Vélodrome : entre triomphe et polémique

Impliqué malgré lui dans une querelle d’ampleur, Gonçalo Ramos a vu sa manière de célébrer son but face à l’OM devenir le sujet de discorde auprès des aficionados marseillais. L’avant du Paris Saint-Germain, loin de calmer le jeu, a choisi d’accentuer la tension.

LES MOMENTS FORTS DE OM 0-2 PSG : BERALDO ROUGE, MBAPPÉ REMPLACÉ, RAMOS BUT ET VÉLODROME CHAMBRÉ !

L’ascendant et la domination du PSG en Ligue 1 se sont une fois de plus confirmés le 31 mars. En effet, lors de leur visite au stade Vélodrome pour affronter l’OM lors de la 27ème journée, les Parisiens ont triomphé 2 à 0. Ce succès, cependant, ne leur est pas venu facilement.

Une victoire parisienne arrachée avec peine

La formation de Luis Enrique s’est vue réduite à dix joueurs dès la 40ème minute, suite à l’expulsion de Beraldo, obligeant l’équipe à adapter sa stratégie. Il a fallu attendre la seconde mi-temps pour que le PSG, malgré les difficultés, parvienne à percer la défense adverse.

Grâce à deux contre-attaques fulgurantes, le Paris Saint-Germain a réussi à dépasser la défense marseillaise. Vitinha d’abord, puis Gonçalo Ramos ont marqué, assurant la victoire du club de la capitale. Néanmoins, la célébration de Ramos n’a pas été du goût des supporters marseillais, qui n’ont pas hésité à exprimer leur mécontentement envers l’attaquant numéro neuf.

La réaction de Ramos face aux critiques

Selon Ramos, sa façon de célébrer n’était pas déplacée : « Ma célébration ? Je la considère comme une partie intégrante du jeu. Si les supporters se permettent de critiquer les joueurs, ils se doivent alors d’accepter ma célébration ainsi que d’autres. Je ne la trouve pas irrespectueuse. C’est le jeu », a-t-il affirmé.

Cette situation a soulevé des questions sur la relation entre joueurs et supporters, ainsi que sur les limites de la compétitivité sportive. Entre esprit sportif et passion des supporters, la ligne est parfois fine.


Billet rédigé par Antoine B. (modifié le lundi 1 avril 2024 à 22:26) Antoine

Commentez cet article